Pour Théophile, le temps est quelque chose de tout à fait particulier!

Hormis qu'il a beaucoup de mal à envisager le "avant-hier" et l'"avant avant-hier" de même que le surlendemain et l'avenir en général, il a opté pour une vision pour le moins originale du temps.

Ainsi alors qu'il joue avec LePapa, il lui pose la question suivante: "Dis Papa, Charlemagne, c'est dans quel monde?". Voilà résumée la relation que Théophile entretient avec le temps.

Nous avons il y a quelques jours travaillé sur la chronologie et les frises suivantes ne lui ont pas posé de difficultés:

1) Frise n°1:

Les membres de la famille

DSC04873

Première activité: la frise (Désolée pour le relatif anonymat

mais c'est Théophilequi nous intéresse dans ce cas précis!!!)

Classement par ordre croissant (notion que nous avons vue en mathématiques il y a quelques jours également là encore sans problème majeur, j'en reparlerai!). J'y ai ajouté une activité sur le "avant"/"après" qui elle, par contre, n'a pas de suite été évidente (même s'il sait depuis longtemps déterminer pour un nombre celui qui vient immédiatement avant ou après - c'est le problème de la "généralisation" des concepts qui fait souvent défaut aux autistes).  

DSC04876

Deuxième activité: "né avant", "né après"

 

2) Frise n°2:

Quelques grands évènements historiques.

DSC04874

Tous les personnages favoris de Théophile y sont (de Charlemagne à Napoléon 1er)

et la leçon est ainsi parfaitement assimilée...

DSC04875

Et là quelques évènements marquants du XXème siècle.

Du sacre de Charlemagne à l'inauguration du TGV. On ne peut plus éclectique...Ces évènements ont été choisis en fonction des centres d'intérêt de Théophile. On pourra toujours trouver que le lancement du TGV n'est pas un fait historique marquant, je pense pour ma part qu'il vaut bien l'invention de la machine à vapeur...

 

3) Frise n°3:

Les grands peintres 

(18 en tout, la frise mesure plus d'un mètre de long)

DSC04886

De Botticelli à Vermeer...

DSC04885

De Goya à Manet...

DSC04884

Et pour finir de Degas à Picasso! Vous pouvez trouver toute la matière

sur le site:

http://www.grandspeintres.com/

Avec pour repère, les années de naissance des artistes. Là, Théophile s'est "régalé, il aime beaucoup la peinture... Nous avons collé le portrait ou la photo d'un peintre ainsi qu'une de ses oeuvres. Ajoutés à cela les noms, les dates de naissance et de mort et le titre des oeuvres écrites de la main de l'artiste...euh, je veux dire de la main de Théophile. Donc l'intervalle retenu se situait entre 1445 (naissance de Boticelli) et 1973 (mort de Picasso). Il a d'ailleurs souhaité quelques jours plus tard goûter sur l'herbe en affirmant: "Je fais comme Manet avec son "Déjeuner sur l'herbe".

DSC04907

Scéance de travail avec son accompagnante

avant le "Goûter sur l'herbe" à l'ombre des charmis...

Il a aimé le style de Picasso (les formes et les couleurs et nous retravaillerons sur ces aspects un peu plus tard) mais la photo de Monet l'a un peu effrayé.

Nous habitons non loin de la maison de Monet (à Giverny dans le département de l'Eure) et je lui ai suggéré que nous pourrions y aller lorsqu'Anne en aurait fini avec ses épreuves du bac mais il a aussitôt répondu: "Non, je ne veux pas, j'ai peur!". Ah oui? "Je ne veux pas rencontrer Monet avec sa grande barbe".

Tout est dit, Théophile sait classer les artistes peintres les plus célèbres dans l'ordre croissant avec un critère précis (leur date de naissance) mais pense que même morts, ils vivent dans des sortes de mondes parallèles... D'après mes lectures sur l'autisme et les TED, cette vision du temps n'est pas surprenante et se retrouve chez beaucoup d'enfants porteurs de ce handicap. Une forme de résurrection qui en ce jour de lundi de Pâques prend tout son sens surtout chez nous qui ne croyons en rien!

Dans ces conditions comment parler des notions de mort et de finitude avec un enfant qui n'envisage rien de la façon dont on l'attendrait. Avec nos trois filles, les choses ne se sont pas posées en ces termes; elles ont parfaitement compris que comme tout être vivant, nous naissons, nous grandissons, nous vieillissons et nous mourrons sans bien savoir ce qui se passait ensuite. Qu'importe! L'essentiel est aujourd'hui, là, maintenant. Elles ont compris également que l'intérêt de tout ça était de mettre quelque chose entre les deux extrêmes de notre condition d'humain mortel. Point barre, pas de drame...

Mais là, Théophile vous assène un "Alors il est mort", comme il vous dirait "Il est parti vivre dans un autre monde". Monde qui continuerait de fonctionner normalement. Il y aurait quelque part en orbite autour de la Terre un monde des hommes préhistoriques, un  autre monde où continuerait de sévir Jules César, un monde où les peintres impressionnistes continueraient de nous enchanter sur les bords de la Seine... Comment aller de l'un à l'autre? Lui seul a la réponse...

Il y a peu, il est venu m'annoncer que quand il sera grand (c'est sa phrase-type pour parler de l'avenir en général), il ira rencontrer Christophe Colomb (qu'il adore!) pour s'embarquer sur l'un de ses trois navires (bien qu'il sache parfaitement que les bateaux -dont il connait parfaitement les noms- datent d'il y a plus de 500 ans et que donc ils n'existent plus) et découvrir le Nouveau Monde. J'ai beau lui expliquer que le Nouveau Monde est déjà découvert, exploré, civilisé jusque dans ces plus petits recoins, rien n'y fait, Christophe Colomb vit quelque part dans un autre monde même s'il est mort pour nous dans notre monde à nous...

Je pourrais trouver cette vision très erronée mais dans le fond, je crois que j'y trouve une grande poésie. Et puis, il a 8 ans!

Néanmoins son accompagnante m'a encouragée à reprendre la frise n°1 et à la compléter avec des membres de la famille plus anciens encore et disparus (Théophile comme beaucoup d'enfants de sa génération a cette grande chance d'avoir encore tous ses grands-parents vivants).  Nous n'aurons plus qu'à lui dire que ces gens qu'ils ne voient pas, ils ne les voient pas justement parce qu'ils sont morts. 

Maintenant sur ce qu'ils sont devenus ensuite, c'est à lui de l'envisager...avec sa propre sensibilité. Mais le résultat escompté est loin d'être garanti ! Comme pour tout le reste, nous nous adapterons...le temps fera le reste...

LaMaman